AUBAGNE FC

Feu vert pour la coupe de france

La Fédération Française de Football vient d'annoncer que la Coupe de France va se poursuivre. Les dates du 6e tour, reporté au mois d'octobre, ont été dévoilé. Notre équipe fanion se déplacera à Berre (Régional1), le 30 ou 31 janvier. 
 
Une bonne nouvelle pour le foot amateur !
 

Le club s'adapte au couvre-feu

Avec la mise en place du couvre-feu à 18h dans les Bouches-du-Rhône, les entrainements de nos licenciés vont encore être perturbés. Toutefois, le football va essayer de conserver sa place dans les agendas des joueurs : "Les entrainements des jeunes vont être avancés, avec moins de séance par équipe, les créneaux sont en cours de calage" souligne le secrétaire général, Manu Hernandez. Le club est en discussion pour obtenir des créneaux le week-end. 
 
Pour notre équipe fanion, qui reprend théoriquement la compétition à partir du 20 janvier,  elle sera sur les terrains du lundi au vendredi (sauf le jeudi) de 16h45 à 17h30 et le samedi de 10h à 12h. 
 
Le siège est quant à lui ouvert le mercredi et le vendredi de 14h à 17h30.
 

Les voeux de Lionel Jeanningros

Le président a adressé ses voeux sportifs pour cette nouvelle année. Il en a profité pour dresser le bilan et ses espérances pour la suite de la saison. 
 
Lionel, que souhaiter pour cette année 2021 ?
Je souhaite une bonne année à tous les membres et aux sympathisants du club. Il faut espérer qu'on sorte de cette pandémie, que la santé soit bonne et qu'on puisse se retrouver autour de notre passion. Il faut qu'on puisse avancer parce que la situation est difficile, on ne sait pas où l'on va, il n'y a aucune visibilité.
 
Comment as-tu vécu ces 2 mois sans football?
Notre but, quand on s'engage dans un club, c'est la pratique de notre sport. Pour les garçons, les filles, les dirigeants, les passionnés, la situation est loin d'être évidente. Sur le plan financier aussi, ce n'est pas facile. Certains partenaires vivent une situation compliquée et ne peuvent pas nous apporter la garantie de nous suivre. Ce n'est pas évident pour joindre les deux bouts.
 
Quel bilan tires-tu de la première partie de saison, même si elle a été tronquée ?
On va parler principalement de l'équipe première, qui était promu. On a fait une belle entame de championnat, il y a une bonne dynamique. On a créé la surprise en ce début de championnat, en étant à la lutte avec les équipes de têtes, confirmées à ce niveau.
 
Qu'attends-tu de la deuxième partie de saison ?
Si par chance, on peut reprendre les compétitions, l'objectif pour l'équipe une reste avant tout le maintien. On ne s'enflamme pas malgré le classement. Pareil pour la réserve, qui est dans le même cas, promue, et qui a bien démarré. Au niveau des jeunes, on souhaite garder nos meilleurs jeunes au club, accéder au niveau supérieur dans certaines catégories, mais ce qui compte est la progression des joueurs. On aimerait aller chercher un label au niveau supérieur en terme de formation, autant pour les garçons que pour les filles, qui sont une partie intégrante et importante du club.
 
 

BONNE ANNEE

L'Aubagne Football Club vous souhaite une bonne année 2021 !
 

Joyeux Noel

L'Aubagne Football Club vous souhaite un joyeux noël. Nous espérons bientôt tous vous retrouver au bord des terrains. En attendant, prenez soin de vous.
 

Jean-François Secondi : "Avoir un projet de jeu commun"

Arrivé au mois d'octobre, juste avant le confinement, Jean-François Secondi commence à prendre ses marques au sein du club. Il nous explique sa nouvelle fonction et ses projets.
 
Jean-François, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaitrais pas encore ?
Ça fait 20 ans que je suis dans la région. J'ai fait quelques clubs et je ne souhaite plus entrainer. En parallèle, je fais partie de la commission technique du district. Quand Eric m'a proposé le rôle pour lequel je suis ici, ça m'a intéressé. Avec la gestion de la National 2, il ne peut pas avoir un œil partout, donc je suis ici pour l'épauler.
 
Quel est ce rôle justement ?
Je suis coordinateur sportif adjoint. Je suis là pour faire le lien entre le foot animation, la préformation et la formation. Je regarde ce qui va, ce qui ne va pas et essayer d'apporter mon œil et mon expérience pour améliorer tout ça. Comme je l'ai dit lors d'une réunion, je ne suis pas là pour faire la révolution mais faire partie d'un projet. Il ne faut pas oublier qu'il y a dix ans, le club avait toutes ses équipes en Ligue, et que maintenant, on est en district. Il faut donc essayer de remonter le plus rapidement possible, c'est plus facile à dire qu'à faire. Je vais peut-être être plus accès sur les U14, U15, U16 et U17.
 
Quel constat fais-tu après un premier tour du propriétaire ?
Je trouve que le foot animation n'a pas beaucoup de problèmes. Les gens qui s'en occupent savent ce qu'ils font. C'est plus compliqué avec le foot à 11. Ça dépend des joueurs, des éducateurs. Je pense qu'à la prochaine réunion, on va voir ce qu'on peut améliorer mais dans l'ensemble, ce n'est pas trop mal.
 
Quel est ton axe de travail ?
Le projet est d'essayer d'avoir à onze, un même projet de jeu. Ça passe par du jeu rapide vers l'avant. Bien sûr, il faut faire de la conservation mais il ne faut pas tomber dans le piège "Barcelone". Le Barça pouvait se le permettre, ils avaient les meilleurs joueurs du monde, ils pouvaient jouer comme ils le voulaient. Le but, c'est d'avoir un point commun entre toutes les équipes pour que le joueur, qui passe de U14 en U15, ne soit pas perdu. On peut jouer avec plusieurs systèmes de jeu, mais les idées doivent être communes. Il ne faut pas faire de club dans le club, j'ai horreur de ça. On joue pour l'AFC, il ne faut pas l'oublier. 
J.O
 

Le club solidaire des restos du coeur

Hier, notre Président et notre Secrétaire Général se sont rendus sur l’antenne des Restos du Coeur de la ville d’Aubagne.
La camionnette du président était bien chargée pour ce don qu’il a fait en faveur de l’association. Les bénévoles ont vivement remercié Lionel Jeanningros et l’AFC pour tous ces produits, qui, c’est certain, feront du bien aux gens qui en ont besoin.
 

Communiqué du district de provence sur la reprse du football

Suite aux annonces du gouvernement, le District de Provence a tenu a apporté des précisions concernant la reprise du football pour les clubs amateurs. Voici ce communiqué :
 
Au lendemain de l’intervention de notre Président de la République en date du 24 novembre 2020, nous n’avions pas pris la décision de communiquer officiellement auprès de vous car nous étions dans l’attente de certaines précisions.
Bien nous en a pris puisqu’après la prise de parole de notre Premier Ministre le 26 novembre, des contradictions ont pu apparaître entre les discours tenus par les deux têtes majeures de l’exécutif français.
Dans la foulée de cette journée du 26 novembre, la F.F.F. a communiqué ainsi auprès de ses centres de gestions :
« De nombreuses questions nous sont remontées par le biais de la Hotline sur la date effective de reprise du football pour les mineurs.
Face aux contradictions apparentes dans les consignes données par l’Etat, nous vous informons que la F.F.F. a saisi son Ministère de tutelle pour obtenir un arbitrage officiel. Cet arbitrage devrait intervenir demain dans la matinée et vous sera communiqué dans les plus brefs délais.
Nous vous informons que la FFF souhaite vivement que les instructions données hier à la suite du discours du Président de la République, puissent être maintenues.
En outre, la F.F.F. a également saisi le Ministère, concernant la reprise de l’activité des Séniors et espère obtenir des clarifications rapides à ce sujet.
»
Les doutes étant enfin levés en cette matinée sur le cap dressé par le Gouvernement, nous sommes donc à présent en mesure de vous dévoiler les informations officielles.
A compter du samedi 28 novembre 2020, la reprise de l’activité physique et sportive extra-scolaire sera bel et bien possible chez les mineurs pour les activités à l’intérieur des clubs, mais aucunement les compétitions, et cela afin d’éviter les transports et le brassage des populations.
Les informations concernant les modalités de reprise d’activité des majeurs sont actuellement en discussion et vous seront communiquées dès les arbitrages ministériels finalisés.
Cette reprise d’activité sera soumise au respect des dispositions en vigueur sur les limitations de déplacement (pratique dans la limite de 3h, à moins de 20km du domicile).
La reprise sera conditionnée au respect des protocoles sanitaires en vigueur (https://​www.​fff.​fr/​actualites/​192466-​tous-​les-​guides-​et-​protocoles-​de-​reprise) ce qui implique notamment :
– la possibilité d’utiliser un ballon, contrairement à la première phase de déconfinement du mois de mai ;
– l’exclusion des contacts entre les pratiquants ;
– l’exclusion des rencontres inter-clubs sous quelque forme que ce soit.
L’utilisation des vestiaires demeurera soumise, pour chaque club, à l’autorisation municipale d’ouverture des équipements.
La deuxième phase de déconfinement telle qu’esquissée par l’État doit permettre la reprise des compétions et rencontres inter-clubs, rendue possible par la fin de la restriction des déplacements. La F.F.F. envisage donc une reprise des compétitions à compter du début du mois de janvier, si les indicateurs de santé publique évoluent conformément à la trajectoire fixée par l’État.
Cette reprise devra s’opérer dans un cadre compatible avec les restrictions qui demeureront, et notamment le respect du couvre-feu qui continuera à s’appliquer sur l’ensemble du territoire.
Pour le Futsal, de nombreux points restent à préciser par l’Etat, mais certains jalons peuvent d’ores et déjà être posés :
– la reprise de l’activité Futsal pour les jeunes sera possible à compter du 15 décembre sous réserve de l’évolution favorable des indicateurs de santé publique. Cette reprise s’opérera dans le strict respect des protocoles sanitaires en vigueur et sera limitée à l’organisation d’activités au sein d’un même club ;
– la reprise des adultes sans restriction sera possible à compter du 20 janvier.
Concernant l’issue de nos Championnats, notre Pôle Compétitions continue de travailler sur différents calendriers afin que nous puissions revenir vers vous dans les meilleurs délais, en adéquation bien évidemment avec l’évolution de la situation sanitaire.
Notre priorité sera de mener nos compétitions à leur terme, ou a minima, comme précédemment annoncé, jusqu’ à la fin des matches aller, dans le respect des futures directives fédérales qui nous seront communiquées.
Parce que pour espérer reprendre courant janvier il faut que le nombre de cas quotidien continue de diminuer, nous comptons sur votre civisme pour continuer à respecter les gestes barrières et cela, même post 15 décembre avec la levée annoncée du confinement.
Nous restons bien évidemment toujours disponible et poursuivons notre accompagnement quotidien via l’adresse secretariat@provence.fff.fr ou en prenant contact avec vos référents.
Le Président et son Comité de Direction
 

 

Housseine Zakouani : "un truc de fou"

A un pas d'une qualification historique pour la CAN avec les Comores, le milieu offensif aubagnais a vécu une semaine fabuleuse au pays. De retour sur Aubagne, Housseine est revenu gonflé à bloc. Entretien. 
 
Housseine, comment as-tu vécu ces deux matchs contre le Kenya ?
On était premier et on voulait garder cette place. On n'a jamais été qualifié pour la CAN, l'enjeu est énorme donc c'était stressant. Les faits de jeu ont fait que je n'ai pas eu de temps de jeu. J'aurais aimé rentrer, j'étais prêt. Lors du premier match, on a pris un rouge et il a fallu assurer le résultat (1-1), le coach a fait rentrer des défenseurs. Au retour, c'était un autre match (victoire 2-1). Il fallait gagner absolument. On a joué devant le président, ça met la pression. A s'est un peu ressenti sur le terrain. A la mi-temps, le coach nous a poussé. Et une fois qu'on a mis le deuxième but, on a fermé. 

Comment ressort-on d'un match comme ça ?
J'en ai joué des matchs où il y avait de l'enjeu. A l'OM, j'ai joué une finale de Gambardella, mais ça n'a rien à voir. J'étais mort, vidé. Ce n'était pas un match comme un autre. Tu joues  pour le pays, tu fais  la fierté de ta famille, la pression est forte (voir la vidéo ici)
 
 Il ne vous manque pas grand-chose pour écrire l'histoire ?
Il nous manque un point pour assurer la qualification. On a deux matchs pour le faire. Si on bat le Togo à la maison, on y sera. On pourrait fêter la victoire avec nos supporters, on a vraiment tous envie de ça. On a perdu des joueurs importants dans l'équipe, Chaker Alhadhur s'est blessé, on le fait aussi pour eux. Ils se sont battus pour nous, il faut leur rendre (voir la vidéo ici)
 
Tu as été appelé à la dernière minute pour remplacer des blessés, tu t'es vite mis au diapason…
Djamal Mohamed, qui fait partie du staff m'avait prévenu qu'il comptait sur moi, qu'en cas de blessure ou de Covid, je serais un des premiers appelés. J'étais prêt. Je me suis préparé pour et quand j'ai reçu l'appel, j'ai foncé. 
 
La perspective de participer à la CAN doit te donner une motivation supplémentaire pour réaliser de bonnes performances avec Aubagne…
C'est clair. Aubagne a été mon premier club, je suis revenu car j'avais besoin de me ressourcer. L'an dernier, on a réussi la montée, une première pour le club. En ce moment, on est premier, ça donne envie de rester en haut, il faut avoir des ambitions, et j'en ai.
 
Avec cette semaine folle, tu as engrangé de la confiance, tu dois n'avoir qu'une envie, c'est retrouver le terrain…
On attend impatiemment le retour du championnat. Je suis déçu de ne pas pouvoir jouer, mais la santé avant tout. Je suis revenu costaud, j'ai encore plus la gnaque. Je veux jouer un maximum de matchs,  marquer des buts, faire des passes décisives. Pour aller en sélection, ça passera par-là. 
Jérôme Olivari

 
 

Malik Assami : "le maître-mot, c'est s'adapter"

En repos forcé depuis bientôt  un mois, Malik Assami et ses U14 prennent leur mal en patience. Mais ce groupe qui est une petite famille, continue à garder des liens au travers des réseaux sociaux, en attendant de pouvoir se retrouver sur les terrains.
 
Malik, peux-tu nous présenter ton équipe ?
Je dirige les U14 qui évoluent en D1 avec Nicolas Reynier. Nous sommes ensemble depuis 3 ans. Cette année, un petit jeune, Corentin Forrest a rejoint le staff. On a pris quelqu'un, Julian, qui vient tous les vendredis et qui s'occupent de la réathlétisation. On a laissé ça à un préparateur physique car c'est son métier.
On a un groupe de 15 joueurs  né en 2007. On s'appuie sur des U13 également dont un fait partie du groupe. On essaye d'intégrer de temps en temps quelques U13 Critérium. En parallèle, j'ai repris l'équipe des U18 féminines qui jouent en régional.
 
Quelle est votre philosophie de jeu ?
On ne travaille pas physiquement uniquement en courant autour d'un terrain. Je trouve cela bête. On fait des jeux, où on demande plus en terme d'intensité. Au lieu de faire un 7 contre 7 où tu peux te cacher, on fera un 3 contre 3. On a un groupe homogène, on ne se base pas sur quelques individualités comme le font certains. On essaye de repartir de derrière, quitte à prendre des buts. C'est en faisant des erreurs qu'on apprend. On aime jouer, récupérer haut le ballon, pour ne pas avoir 80 mètres à faire pour marquer un but.  On a trois règles qui nous habitent : je ne donne jamais arrêter, je ne suis jamais arrêté et je ne reçois pas arrêter.
 
"On fait travailler les têtes…"
 
Le confinement a mis un petit coup d'arrêt à ton équipe qui avait bien débuté la saison…
On est invaincu, avec 3 victoires et un nul. On a un très bel effectif, avec des joueurs qui se connaissent bien. On a eu la malchance de ne pas être en régional. On est une famille et ça se ressent sur le terrain. On a réussi à recruter des joueurs qui devaient jouer plus haut, mais ils ont senti qu'ici, ils pouvaient progresser. Ça prouve qu'on est attractif.  On va s'entrainer pour être prêt, jusqu'au moment où on pourra jouer.
 
Comment gardes-tu le lien avec ton groupe pendant cette période?
On a un groupe Whatsapp. C'est plus pratique que d'envoyer un message à chacun. Je leur donne un programme, avec une thématique athlétique mais il y a aussi du jeu, il faut que ce soit ludique.  On fait aussi participer les parents. Je fais des quizz, leur demande aussi de m'expliquer certaines phases de jeu. Ce n'est pas que du  foot bête et discipliné où on apprend une définition,  il faut savoir démontrer.  On fait travailler les têtes. Enfin, je peux leur demander de faire des jongles pied droit, pied gauche, tête. Ils m'envoient ça sous forme de vidéo, les joueurs ont 24 heures pour répondre.  Et j'établis un classement. Ça motive tout le monde et ça permet de resserrer les liens.
 
Comment gères-tu cette période de flou ?
On est dans l'attente, on attend les infos. Ça fait presque un an qu'on nage dans l'inconnu, sans savoir si on va jouer le dimanche. C'est dur parce que les enfants ont envie de jouer, nous, on a envie de coacher. On a tous la même passion. Ne plus avoir de vestiaires, déjà, c'est compliqué. Quand je vois les conditions dans lesquelles on se change, sur le terrain dans des guérites... Je n'ai plus fait de causeries dans un vestiaire depuis 7 mois. Le maître-mot, c'est s'adapter. On est tous dans le même bateau et on attend le feu vert pour rejouer, si les conditions sanitaires le permettent.
J.O

 

Communiqué officiel de la fédération francaise de football

Voici le message de la direction du club en réaction au communiqué offciel de la FFF : 
 
Chers membres du club, 
Parents , Educateurs (trices) , Dirigeants(es) et licenciés(es)
Suite aux nouvelles mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre de la pandémie du COVID-19. Et pour faire suite aux directives de la FFF : les séances d'entrainements toutes catégories confondues ainsi que les rencontres sont pour le moment suspendues . Ceci prendra effet a compter de ce soir minuit .
Nous vous demandons juste de la patience et attendons comme vous apres le 1er Décembre les nouvelles mesures .
Nous vous souhaitons bon courage à tous dans cette période longue et délicate et surtout la santé . Prenez soin de vous .
 
Le Comité d'administration du club.
 

Christian Chessa : "le bilan est positif"

Avec deux nuls et deux victoires, la réserve, promue en R2, réussit un beau début de saison. De quoi satisfaire le coach aubagnais.
 
Christian, quelle est ton analyse sur la victoire sur le terrain de la Londe (0-3) ?
Avant toute chose, je tenais à remercier notre adversaire pour son accueil. Dans la situation actuelle, on a pu avoir des vestiaires, ils nous ont prêté des gourdes, on a eu quelque chose à manger à la fin. Concernant le match, on a été costaud de bout en bout, on a concédé très peu d'occasions. On menait 2-0 en première période,  ce qu'on avait mis en place a été appliqué.  J'avais des renseignements sur notre adversaire, on a su s'adapter a son changement de formation. En seconde période, on marque le troisième, mais on aurait pu en mettre plus. Les descentes jouent le jeu, apportent un plus.  C'est un match référence.
 
Quel bilan tires-tu  de ce début de saison ?
On commence à trouver une équipe solide, on a nos repères. On est toujours invaincu, avec deux nuls et deux victoires. Sur un des deux nuls, celui de Pernes, j'ai des regrets parce qu'on a manqué d'efficacité. Sur 10 fois, on le gagne 9 fois et cette fois-ci, ce n'est pas passé. Contre Marignane-Gignac, on égalise dans les arrêts de jeu. Dans le jeu, on méritait mieux, mais quand tu ne marques pas, ce point, tu le prends de bon cœur.
 
"En R2, ça joue plus au ballon et ça nous profite..."
 
L'adaptation au niveau régional se passe bien ?
On a gardé 90% de l'effectif de l'année dernière. Ce qu'on prônait en D1, c'était plus compliqué à faire. On tombait souvent sur des blocs bas, qui jouaient en contre. Contre la Londe par exemple, il y avait des joueurs qui ont joué au haut niveau. En R2, ça joue plus au ballon et ça nous profite. Pour le moment, on se régale.
 
N'est-ce pas trop compliqué de ne jouer que tous les 15 jours ?
Après le match de dimanche, c'est vrai qu'on aurait aimé enchainer. Surtout qu'on joue Vence dans quinze jours, qui est premier. Si on gagne, on passe devant. C'est le premier vrai choc de la saison.  Pour combler le manque de match, on fait des amicaux. On va jouer la R1 de l'UGA, mais rien ne remplace la compétition. Le rythme n'est pas le même, l'intensité non plus. il y a le risque de blesures. On aurait aimé qu'il y ait un tour de Coupe de Provence ou de Coupe de la Ligue. Ça m'aurait permis de faire une revue d'effectif, de donner du temps de jeu à tout le monde. Mais bon, on s'adapte.
 
J.O
 

Des Aubagnais d'un calme olympien

Pleine de sérénité, la victoire de notre équipe fanion  face à la réserve de l'OM (0-3) confirme son très bon début de saison. Avec en bonus, une première place au classement.
 
Claire, nette et sans bavure. La victoire aubagnaise en terre olympienne n'a souffert d'aucune contestation. Supérieurs dans tous les compartiments du jeu,  les hommes d'Eric Rech ont rapidement pris le dessus : "on a été sérieux et appliqué, comme on l'est depuis le début de saison, souligne le technicien provençal.  On était allé observer l'OM avec Régis Gandolfo, contre Saint-Priest, et on en était reparti avec la conviction qu'on pouvait faire quelque chose. C'est ce qu'il s'est passé". Un but en première période pour récompenser notre domination, deux autres en début de seconde période pour assommer définitivement la jeunesse olympienne et le tour était joué. Au niveau des joueurs, les trois buteurs du jour ont apporté leur lot de satisfaction à différentes échelles : "El Faqyh a encore une fois été au-dessus.  On est content de Najib Gandi qui prend petit à petit ses marques, car il ne faut pas oublier que ça ne fait que trois matchs qu'il est là. Quant à Bertrand Fourrier, il a trouvé le chemin des filets. On sait que c'est important pour un attaquant" reconnaissait Eric Rech.
 
Surtout, ne pas s'enflammer
 
Ce succès  place les Aubagnais en tête de la poule C de National 2 (ex-aequo avec GOAL FC). De quoi donner le vertige. Mais le coach aubagnais veut garder la tête froide et entend bien que tout le monde garde les pieds sur terre : "il faut rester prudent, les matchs s'enchainent, dans des compétitions différentes. La gestion du groupe est importante, tout le monde doit être concerné. Aujourd'hui, notre préoccupation est de gérer les matchs un par un, ne pas faire de projection inappropriée pour continuer sur notre dynamique.  Il faut vraiment rester nous-mêmes le plus longtemps possible".
 
Jérôme Olivari
 

L'OM, un match particulier pour Eric Rech

Plus de 20 ans dans un club, ça marque. Et ça fait remonter des souvenirs. Le coach aubagnais exprime son sentiment avant le derby, à 18h demain au Campus. 
 
C'est un match très important parce qu'on va jouer un adversaire qui va jouer le même championnat que nous, celui du maintien. Ça va nous donner les premiers signes de ce que va donner la saison, même si on  a pris un bon départ.
 
C'est vrai que pour moi, ce match a une saveur particulière mais je n'en fais pas une affaire personnelle. J'ai tout appris à l'OM, une entité qu'il faut respecter. Si j'en suis là, si j'ai atteint un certain niveau, c'est grâce à ce club. Même s'il y a parfois des imposteurs, je garde le verre à moitié plein. Quand on est jeune, c'est le club dans lequel on veut jouer. Comme entraineur, tu es content d'être dans ce club mythique.  C'est plus de 20 ans dans un club professionnel, j'ai fréquenté des entraineurs de haut niveau, et je souhaite à tout ce qui font ce boulot de pouvoir bénéficier de cette chance.
 
Je vais en plus rencontrer des jeunes qui ont grandi, que je connais pour la plupart. J'aurais pu disparaître comme certains l'ont fait en quittant le club, moi j'ai continué, j'ai rebondi. Je me suis servi de l'expérience acquise pour en faire bénéficier Aubagne.  Quand tu es passionné, tu as le devoir de transmettre, de faire profiter les jeunes pour leur permettre de progresser. C'est ma façon de voir les choses.
 

Eric Rech : "Objectif atteint"

Victorieux,  par le plus petit des écarts, du FC Cote Bleue (N3), les Marine et Sun, composé pour l'occasion d'un onze remanié, poursuivent l'aventure en Coupe de France. Débrief' de ce succès avec le coach aubagnais.
 
La première mi-temps a été compliquée parce qu'on n'a pas su développer notre jeu. C'est certainement dû aux absences, conjugué au terrain et face à nous, une équipe qui ne nous a pas laissée jouer non plus.  On a été poussif.
 
En seconde période,  on a mieux. On a gagné des duels, on a récupéré des ballons plus haut.  Logiquement, on a ouvert le score même  s'il a fallu attendre les alentours de la 80e minute.  On aurait pu le faire avant,  on a eu quelques occasions. Je pense que la victoire est méritée. Ces matchs de coupe nous ont permis aussi de faire une revue d'effectif. On l'avait déjà fait contre Jonquières au tour précédent. Cote Bleue était un adversaire de bonne qualité, qui évolue à un niveau en dessous du nôtre, donc c'était pas mal de voir ce que valait les joueurs qui jouaient moins souvent. Ils se sont affirmés et ça nous permet de garder une belle émulation au sein du groupe.
 
Ce succès nous permet d'être présent au sixième tour, qui reste encore régional. On espère maintenant un bon tirage jeudi. Ce groupe a perdu quelques têtes de série de National 2. Ça veut dire quelque part qu'on est encore là, c'est bien pour le moral, pour conserver cette dynamique avant le retour au championnat samedi.
 
Jérôme Olivari
 

Un bon point

N2. Dans ce choc du haut de tableau,  les Marine et Sun ont tenu la dragée haute à d'ambitieux Varois (0-0).
 
Solides, ces Aubagnais. Face à une équipe de Fréjus Saint-Raphaël candidate à la montée, les hommes d'Eric Rech ont réussi le test : "nous avons prouver que nous étions capables de rivaliser avec un tel adversaire", lâchait satisfait le coach à l'issue de la rencontre. Ses hommes ont également montré plusieurs facettes dans leur jeu.  D'abord entreprenant dans le premier quart d'heure, ils ont su faire le dos rond quand leur adversaire du jour a mis le pied sur le ballon. La puissance et la vitesse en contre des Varois n'ont pas réussi à prendre en défaut nos Marine et Sun bien organisés. Pour preuve, Alex Berghout ne s'est employé qu'à quelques reprises. Si la justesse technique a parfois fait défaut, la faute aussi à une pelouse qui s'est rapidement dégradée, les Provençaux auraient pu trouver la faille. Mais ni la tête d'Orsattoni (9e), ni la fulgurance de Gandi (42e) n'ont pu tromper la vigilance de Lumé.
 
Une place sur le podium
 
En seconde période, les deux équipes se sont neutralisées, payant certainement l'intensité mise lors du premier acte. Si Konté faisait passer un frisson dans les tribunes (82e), ce sont les Aubagnais qui passaient à côté du coup parfait. Mais le centre fuyant de Gnahoré dans les arrêts de jeu, ne trouvait aucune jambe. "On aurait pu marquer sur la dernière action mais le match nul est équitable, reconnaissait Eric Rech.  Seule ombre au tableau, la blessure à l'heure de jeu de notre maître à jouer, Mokhtar Benarbia. Sur le podium après le premier quart du championnat,  notre équipe fanion peut envisager la prochaine rencontre, en coupe de France contre Côte Bleue, en toute sérénité.
 
 
AUBAGNE FC  0
FREJUS SAINT-RAPHAEL 0
8e journée de National 2
Stade de Lattre
Arbitre : M. Lungeri assisté de MM. Barlozzi  et Benaissi. Délégué : M. Balllon
Avertissements : Fourrier (32e), Bellay (74e) à Aubagne ; Keita (62e), Mouillon (63e) à Fréjus
Aubagne FC : Berghout – Alphonse, Bellay, Agueni(c), Savane, Galley, Arslan, Gandi (Bouzina, 90e), Fourrier, Benarbia (Gnahore, 61e), Orsattoni. Ent. E.Rech
 
Fréjus Saint-Raphaël : Lumé – Delvigne (c), Dumas, Russo, Keita, Mouillon, Konte (Dieye, 88e), Sacko, Jamrozik (Diakhaby, 78e), Sackho, Oualembo (Branger, 67e). Ent. J-G Wallemme
 

Fil infos

Chargement en cours
 
 
 

Vos messages

Inscrivez votre nom, votre adresse mail et votre texte, nous vous répondrons rapidement. Merci
*
*
*
Texte sur plusieurs lignes
* Champ obligatoire

envoyer
 

Vos résultats en direct

Par SMS au 07 55 53 36 28 pour les membres dont le N° de téléphone est enregistré.