Immeuble Le Galoubet
Bp 106
13674 Aubagne Cedex
09 66 80 94 66
Aubagne FC

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Fin de saison actée

 
 
 
Pour Mickaël Terraillon le fin de saison est actée : « Je ne vois pas comment les instances pourraient faire autrement ! Par contre je leurs laisse le soin de prendre les bonnes décisions, saison blanche ou classements arrêtés au début du confinement, je pencherais pour la seconde solution. En ce qui me concerne ce n’est pas gênant, en U11 il n’y a pas de championnat »....
 

Mickaël Puertas : La santé prime

 
Dans le civil Mickaël Puertas travaille avec Jérôme Palmasi, et à ce titre il est comme il nous l’a dit, confiné à son domicile : « Je suis en chômage partiel, cloîtré à la maison, enfin dans un appartement, ce n’est pas évident. Mais je ne me plains pas trop, ma compagne est dans le médical, c’est plus compliqué pour elle, je fais de mon mieux pour la soutenir. Elle est chargé de communication à l’ARS, de ce fait je suis bien informé sur la contagion ».

Justement où en sommes nous ? « Il faut respecter les consignes, ne pas sortir, enfin le moins possible. C’est la santé qui prime, le football reviendra tôt ou tard, mais beaucoup de personnes auront disparu...
 

Henri Ramond : Fidèle au club

 
Henri Ramond travaille à la Légion Etrangère d’Aubagne, et à ce titre il ne connaît pas le confinement : « Nous sommes en sous effectif, pratiquement la moitié est confinée, comme je suis le plus près j’y vais tous les jours. Les autres habitent loin, on les appellera que vraiment en cas de crise grave. Pour l’instant nous n’avons aucun cas de Covid 19 à déplorer ».

Et tes enfants Henri : « Mes deux fils sont confinés bien sûr, une fois par jour ils sortent taper dans le ballon, mais pas longtemps, juste le temps de se défouler. Parce qu’ils sont submergés de devoirs. C’est incroyable ce que l’on peut leur envoyer. C’est trop ! C’est beaucoup plus que lorsqu’ils so...
 

Tenir le choc

 
 
 
Jean-Paul Michel, éducateur chez les tout petits, n’est pas très optimiste quant à l’avenir : « C’est dramatique ! La situation risque de se prolonger encore pendant six mois. D’ores et déjà je sui sûr que les championnats vont être arrêtés. Sous quelle forme ? Je ne pense pas à une saison blanche, je crois que la FFF ne le souhaite pas. J’irai plutôt vers des résultats figés ce qui va faire l’affaire des uns mais pas des autres ».

Il va même plus loin : « Nous allons avoir du beau temps, mais l’hiver prochain ce virus peut revenir d’après ce que l’on entend dans les médias. Il faudra alors trouver des solutions. Dés maintena...
 

Henri Macia : Saison morte

 
 
 
L’un des trois éducateurs des U12 Critérium, Henri Macia, ne reste pas confiné : « Je suis éboueur et tous les matins je travaille, comme d’habitude. Avec peut-être un peu plus d’appréhension mais j’y vais. Ensuite repos en famille, je profite de mes enfants (un garçon et une fille), surtout de ma fille qui a six ans. Mon fils s’entraîne dans mon équi...
 

Salut les amis !

 
 
 
 
J'espère que vous allez bien .
 
 
Pour ma part ça va malgré l’ennui qui commence à se faire ressentir.
Je viens juste vous demander d’informer vos joueuses et vos joueurs pour qu’ils participent au Stay at Home Challenge. Il ne reste plus que 10 jours avant que l’on ne décerne une gagnante et un gagnant.
Pour le moment nous avons dix participations pour les garçons
- 5 U15 et un dirigeant de la catégorie
- 2 U11
- 1 U10
- 1 joueur de la PHA
- et...Emmanuel Hernandez, bravo à lui....
 

Jérôme Palmasi : Arrêtez !



Dans sa maison de St Maximin Jérôme n’est pas stressé par la crise : « Pour moi c’est un peu comme des vacances. Ma boîte m’a mis au chômage partiel (Jérôme fait partie d’une société qui travaille pour la ville de Marseille pour tout ce qui est des chauffages et des climatiseurs), je reste donc à la maison. j’ai la chance d’avoir un petit jardin dont je n’ai jamais le temps de m’occuper en temps normal, là c’est l’occasion de le bichonner ».
 

Même si Jérôme prend la situation actuelle avec philosophie il trouve le temps long : « Je ne suis pas habitué à tout ça. Avec ma femme d’ordinaire on...
 

Erwan Podeur : Un vrai casse-tête


Responsable des seniors féminines du club, Erwan Podeur vit un confinement compliqué : « Je suis informaticien dans un collège de Marseille (Marie Laurençin) et à cet titre je fais du télé-travail de chez moi. Le problème est qu’il faut en ce moment dépanner des élèves qui ont des problèmes informatiques. Autant ce genre de soucis est relativement facile lorsque l’on a l’élève en face de soi, autant c’est plus compliqué à distance. Ajouter à cela que ma femme travaille de la maison et que nous avons une petite fille de six ans qu’il faut gérer ».

Pas simple en effet comme situation, mais Erwan est réaliste : « Il y a pire ailleurs ! Je pense au person...
 

L'être humain a des ressources


 
 
David Larsonnier, le responsable des gardiens de but du club, nous a fait un brillant exposé sur sa vision de cette crise : « Il faut être optimiste ! Nous ne pouvons pas faire grand chose sinon attendre la fin du confinement. Alors autant le prendre avec philosophie. Personnellement je fais du vélo d’appartement, une heure par jour, jusqu’à peu j’allais aussi courir, mais maintenant c’est interd...
 

Je suis ferrovipathe

 
 

Rien à voir avec le virus, Denis Esposito est simplement dingue des trains miniatures. Alors il se console comme il peut, le confinement ne lui fait pas peur : « J’ai un jardin et avec le football pas facile de l’entretenir correctement. Cette trêve est la bienvenue pour mes légumes elle est bénéfique, je bine, je sème, je récolte. Etant donné que j’ai du diabète je suis obligé d’être très prudent »....
 

 Beaudelaire : J’ai peur !



Beaudelaire Gnatto, l’éducateur des U18 est moyennement satisfait du confinement imposé par l’État : « Au bout d’une semaine le terrain me manque. Je reste chez moi, comme tout le monde, j’ai été un peu malade mais maintenant tout va bien. Si le confinement dure encore pas mal de temps j’ai peur que les ados passent à autre chose lorsqu’il va falloir reprendre l’entraînement. A cet âge là ils vont penser à faire la fête, aller à la me...
 

Le football ne fait pas tout

 
Bonjour à tous , j’espère que vous allez tous bien et que le temps du confinement ne vous paraît pas interminable. Sachez que ces mesures sanitaires sont nécessaires afin de vous protéger, vous dans un premier temps, mais surtout vos proches qui peuvent être fragiles. Alors oui le monde du ballon rond est à l’arrêt total, mais c’est pour mieux rebondir.

Nos Féminines sont comme nos licenciés masculins, elles sont logées a la même enseigne. Pas de masculin ou de féminin dans mon discours, non juste du bon sens et de la responsabilité de chacun. Filles ou garçons nous sommes tous égaux au risque de contamination. ...
 

Restez chez vous !



Ghizalne Benaïssa, une des responsables des jeunes filles du club, a frôlé la catastrophe avec le coronavirus : « Juste avant que l’État ne déclenche le confinement je l’étais déjà chez moi. Donc la s...
 

Des moments difficiles

 
 
Dadi Benaïssa, le coordinateur sportif a tenu à s'adresser aux licenciés du club, voici son message :
"Bonjour à tous, j espère que tout le monde va bien. Oui nous vivons des moments  difficiles avec ce confinement, mais n'y a t-il pas plus grave que de ne pas sortir, ne pas faire de sport, ne pas allez travailler, je pense que oui.

Des peuples vivent des tragédies plus graves, pas de logement, pas de quoi manger, pas de quoi se soigner, pas pouvoir vivre avec le minimum d humanité..alors soyons réalistes ! Ce n est pas une tragédie mais juste un moment difficile à passer, ensuite toute le monde reprendra sa vie sans se soucier de  son voisin en France ou d’un peuple ...
 

Coup d’arrêt brutal



Tony Basile, l’un des éducateurs des U12 critérium, a confié ses impressions sur cette trêve forcée : « On s’occupe comme on peut ! Je suis dans ma famille mais je reste en contact téléphonique avec les joue...
 

Stay at Home Challenge

 
 
Ce n'est pas le coronavirus qui va freiner les ardeurs de Kévin Ferrarini, cette pause lui a même permis de rebondir.
 
Avec ce Stay at Home Challenge il invite tous les petits (et les grands) à rester en contact avec le foot et aussi de gagner quelques récompenses.


Il organise sur la page facebook du club  un concours où la gagnante et le gagnant seront récompensés par le club par une licence gratuite pour la saison prochaine ainsi qu'un pack complet. Pas mal en temps de crise!...
 

On peut jouer deux fois par semaine

 
L’entraîneur de la D1 d’Aubagne, Christian Chessa, nous a livré ses impressions sur la crise causée par le coronavirus : « Ce serait vraiment dommage de ne pas terminer ce championnat avec tout le mal que les garçons se sont donnés depuis le début de la saison. L’an dernier nous avons raté la montée en Ligue pour une erreur sur un joueur non qualifié, cette année nous voulons y arriver. Avant le début du confinement Serge Conesa, le préparateur de la N3...

Les derniers articles

Les dix derniers articles parus sur notre site. les autres sont dans les différentes rubriques.
La santé prime
06.04 08:30
Mickaël Puertas : La santé prime...
Fidèle au club
04.04 08:56
Henri Ramond : Fidèle au club...
Tenir le choc
03.04 09:20
Tenir le choc...
Salut les amis
01.04 09:08
Salut les amis ! ...
Je suis ferrovipathe
27.03 08:58
Je suis ferrovipathe...
Beaudelaire: J'ai peur
26.03 09:05
Beaudelaire : J’ai peur !...
 
 

Vos messages

Inscrivez votre nom, votre adresse mail et votre texte, nous vous répondrons rapidement. Merci
*
*
*
Texte sur plusieurs lignes
* Champ obligatoire

envoyer
 

Envoyez-nous vos photos

Nous les publierons sur notre site
Déposer des photos
 

Vos résultats en direct

Par SMS au 07 55 53 36 28 pour les membres dont le N° de téléphone est enregistré.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Fin de saison actée

 
 
 
Pour Mickaël Terraillon le fin de saison est actée : « Je ne vois pas comment les instances pourraient faire autrement ! Par contre je leurs laisse le soin de prendre les bonnes décisions, saison blanche ou classements arrêtés au début du confinement, je pencherais pour la seconde solution. En ce qui me concerne ce n’est pas gênant, en U11 il n’y a pas de championnat ».
 
 

Et le confinement, ce n’est pas trop difficile ? « Je travaille dans le bâtiment, mais à mon compte. Le gouvernement nous propose une prime de 1500, 00 euros pour rester à la maison, je confine chez moi. De toute façon il n’y a plus de travail, je bricole chez moi, j’aide ma femme à faire le ménage, elle est ravie. Je vais voir ma mère qui est âgée et malade et je fais un peu de sport ».

Les petits ne vous manquent pas trop ? « D’abord ils vont tous bien, c’est l’essentiel, ensuite ils s’entraînent deux fois par semaine chez eux. Ils font des exercices de jonglerie, je les ai souvent en vidéo, mais tout le monde en a marre. Par contre j’ai l’impression qu’il faudra être patient, à mon avis nous ne reprendrons qu’à la prochaine rentrée des classes, pour cette saison c’est rappé » !

Mickaël Puertas : La santé prime

 
Dans le civil Mickaël Puertas travaille avec Jérôme Palmasi, et à ce titre il est comme il nous l’a dit, confiné à son domicile : « Je suis en chômage partiel, cloîtré à la maison, enfin dans un appartement, ce n’est pas évident. Mais je ne me plains pas trop, ma compagne est dans le médical, c’est plus compliqué pour elle, je fais de mon mieux pour la soutenir. Elle est chargé de communication à l’ARS, de ce fait je suis bien informé sur la contagion ».

Justement où en sommes nous ? « Il faut respecter les consignes, ne pas sortir, enfin le moins possible. C’est la santé qui prime, le football reviendra tôt ou tard, mais beaucoup de personnes auront disparu. Cette crise mondiale va changer le cours de nos vies, nous n’en sommes qu’au début, il faut être très prudent ».

Et le football dans tout ça ? « Je crois que l’on devrait figer les classements. Pour le foot à 8 pas de problème, il faut tourner la page et préparer la saison prochaine. Pour ma part je vais essayer de passer le BMF, je voudrais bien avoir une équipe de foot à 11. Comme je suis l’adjoint de Jérôme en U16 je vois bien que c’est compliqué pour les instances pour prendre des décisions. Et pourtant il faudra le faire ».

Henri Ramond : Fidèle au club

 
Henri Ramond travaille à la Légion Etrangère d’Aubagne, et à ce titre il ne connaît pas le confinement : « Nous sommes en sous effectif, pratiquement la moitié est confinée, comme je suis le plus près j’y vais tous les jours. Les autres habitent loin, on les appellera que vraiment en cas de crise grave. Pour l’instant nous n’avons aucun cas de Covid 19 à déplorer ».

Et tes enfants Henri : « Mes deux fils sont confinés bien sûr, une fois par jour ils sortent taper dans le ballon, mais pas longtemps, juste le temps de se défouler. Parce qu’ils sont submergés de devoirs. C’est incroyable ce que l’on peut leur envoyer. C’est trop ! C’est beaucoup plus que lorsqu’ils sont à l’école. Si la situation dure encore deux mois ils vont craquer ».

Le football ne leur manque pas trop ? « Énormément, comme tous les autres de leur âge je suppose. Comme à moi, je suis dirigeant en U11 avec Mika (Terraillon) et en U15 avec Phi (Philippe Hennion). Et aujourd’hui plus rien ! Je ne suis pas inquiet pour l’avenir, lorsque tout rentrera dans l’ordre je ferais ce que l’on me demandera de faire, c’est le club qu’il faudra sauver à ce moment là. »

Tenir le choc

 
 
 
Jean-Paul Michel, éducateur chez les tout petits, n’est pas très optimiste quant à l’avenir : « C’est dramatique ! La situation risque de se prolonger encore pendant six mois. D’ores et déjà je sui sûr que les championnats vont être arrêtés. Sous quelle forme ? Je ne pense pas à une saison blanche, je crois que la FFF ne le souhaite pas. J’irai plutôt vers des résultats figés ce qui va faire l’affaire des uns mais pas des autres ».

Il va même plus loin : « Nous allons avoir du beau temps, mais l’hiver prochain ce virus peut revenir d’après ce que l’on entend dans les médias. Il faudra alors trouver des solutions. Dés maintenant il faut penser à la prochaine saison, celle-ci est terminée. Je me demande même si on pourra reprendre la saison en septembre. Ce n’est pas fini » !

Question confinement Jean-Paul a-t-il des recettes miracles ? « Il faut bien suivre les consignes. Même si j’ai une grande terrasse je pense par exemple à ma fille qui est coincée à Séville dans un 10 m² , elle en bave. Surtout n’oubliez pas de faire des exercices, un peu de sport, promener votre chien, il faut prendre l’air quand on peut encore le faire. Peut-être que le confinement sera encore plus dur dans les semaines à venir. Si j’avais un conseil à donner à tous les éducateurs du club, mais pas seulement, armez vous de courage, il faut tenir le choc ».


Henri Macia : Saison morte

 
 
 
L’un des trois éducateurs des U12 Critérium, Henri Macia, ne reste pas confiné : « Je suis éboueur et tous les matins je travaille, comme d’habitude. Avec peut-être un peu plus d’appréhension mais j’y vais. Ensuite repos en famille, je profite de mes enfants (un garçon et une fille), surtout de ma fille qui a six ans. Mon fils s’entraîne dans mon équipe, je le vois jouer le samedi, ce n’est pas pareil. Alors elle me fait jouer au Monopoly, elle triche tout le temps ».

Et le football Henri ? « Avec Tony et Ismaël nous leur avons préparé un petit programme de maintien, nous les avons souvent en vidéo par téléphone, on échange avec des petits mots de motivation, mais c’est difficile. On se languit que la compétition reprenne ».

Henri reconnaît qu’il a quelque part de la chance : « En bas de chez moi nous avons un grand champ où nous pouvons nous défouler. Je pense souvent à ceux qui sont vraiment confinés dans un appartement au 10e étage, ce doit être horrible ».

Et l’avenir Henri ? « Nous suivons les italiens, ils commencent à s’en sortir, nous avons quinze jours de retard sur eux, je ne pense pas que nous puissions retrouver une activité sportive avant le mois de mai. La saison est morte ! Il faut penser à la prochaine, prendre son mal en patience, mais c’est vrai que c’est difficile. Je souhaite bon courage à tout le monde ».

Salut les amis !

 
 
 
 
J'espère que vous allez bien .
 
 
Pour ma part ça va malgré l’ennui qui commence à se faire ressentir.
Je viens juste vous demander d’informer vos joueuses et vos joueurs pour qu’ils participent au Stay at Home Challenge. Il ne reste plus que 10 jours avant que l’on ne décerne une gagnante et un gagnant.
Pour le moment nous avons dix participations pour les garçons
- 5 U15 et un dirigeant de la catégorie
- 2 U11
- 1 U10
- 1 joueur de la PHA
- et...Emmanuel Hernandez, bravo à lui.

Les filles sont à la traîne puisque nous n’avons qu’un seul post de leurs parts.

Pour participer il faut aller sur la page facebook du club et poster la vidéo.
Nous rappelons que la gagnante et le gagnant remporteront une licence gratuite pour la saison prochaine ainsi qu’un pack complet d’équipement.

Je compte sur vous pour avoir au moins une participation par équipe.

Je vous dis à bientôt et vous remercie par avance

Kévin Ferrarini

Jérôme Palmasi : Arrêtez !



Dans sa maison de St Maximin Jérôme n’est pas stressé par la crise : « Pour moi c’est un peu comme des vacances. Ma boîte m’a mis au chômage partiel (Jérôme fait partie d’une société qui travaille pour la ville de Marseille pour tout ce qui est des chauffages et des climatiseurs), je reste donc à la maison. j’ai la chance d’avoir un petit jardin dont je n’ai jamais le temps de m’occuper en temps normal, là c’est l’occasion de le bichonner ».
 

Même si Jérôme prend la situation actuelle avec philosophie il trouve le temps long : « Je ne suis pas habitué à tout ça. Avec ma femme d’ordinaire on se croise, elle travaille, moi aussi, en plus j’ai les entraînements et les matches le dimanche, là c’est le calme plat. Mais je ne me plaint pas, je peux sortir, bricoler, je pense à mon frère qui vit dans un 40 m² dans Marseille, ce doit être terrible ».

Comment Jérôme voit-il la suite de la saison : « Pour nous qui faisons partie du football amateur où il n’y a pas beaucoup d’enjeu le mieux serait d’arrêter la saison maintenant. Dans le meilleur des cas on pourrait sortir début mai, il va falloir au moins deux semaines pour faire une préparation même pas correcte, la fin du championnat interviendrait vers le 15 juillet c’est trop tard ! Cela pose beaucoup de problèmes. Quel éducateur est capable de dire quelle équipe il aura la saison prochaine. S’il reste au club ! Mais s’il change ce sera encore pire. Et s’il veut recruter ? Non c’est trop compliqué. Vous savez que c’est maintenant que l’on prépare la prochaine saison, ensuite les jeunes sont en vacances. Il va y avoir de la casse dans le football ».

Erwan Podeur : Un vrai casse-tête


Responsable des seniors féminines du club, Erwan Podeur vit un confinement compliqué : « Je suis informaticien dans un collège de Marseille (Marie Laurençin) et à cet titre je fais du télé-travail de chez moi. Le problème est qu’il faut en ce moment dépanner des élèves qui ont des problèmes informatiques. Autant ce genre de soucis est relativement facile lorsque l’on a l’élève en face de soi, autant c’est plus compliqué à distance. Ajouter à cela que ma femme travaille de la maison et que nous avons une petite fille de six ans qu’il faut gérer ».

Pas simple en effet comme situation, mais Erwan est réaliste : « Il y a pire ailleurs ! Je pense au personnel médical et à tous ceux qui font en sorte que nous ayons, grosso modo, une vie presque normale. Je pense qu’il y aura un après coronavirus et nous ne mesurons pas encore ce que sera la vie à la sortie de ce confinement ».

Concernant ses filles, Erwan est confiant : « Vous savez ce sont presque toutes des mères de famille, certaines font partie du corps médical, nous communiquons par whatsapp, certaines racontent des blagues. Vendredi nous avons souhaité l’anniversaire de l’une d’entre elles, Mounira, vous voyez elles s’occupent bien ».

Côté football Erwan a ses idées : « Nous ne sommes qu’en District, ce n’est pas très important, mais je pense que la fin de saison va poser des problèmes aux instances. Dans notre poule il y a une accession en DH à la fin du championnat. S’il s’arrêtait aujourd’hui, comme certains le préconisent, ce serait un casse-tête pour le District. St Henri est premier avec 33 points, l’ASPTT second à deux points mais un match en moins. Comment on fait ? Et ce ne doit pas être le seul cas ».

Mais ces petits soucis ne sont rien à côté de la menace du Cod 19.

L'être humain a des ressources


 
 
David Larsonnier, le responsable des gardiens de but du club, nous a fait un brillant exposé sur sa vision de cette crise : « Il faut être optimiste ! Nous ne pouvons pas faire grand chose sinon attendre la fin du confinement. Alors autant le prendre avec philosophie. Personnellement je fais du vélo d’appartement, une heure par jour, jusqu’à peu j’allais aussi courir, mais maintenant c’est interdit. Je fais un peu de gainage et j’attends ».
 

A la maison Larsonnier tout le monde bosse. David, gestionnaire de commandes au service impression du Conseil Départemental, fait du télé-travail, son épouse en fait autant. Ils ne semblent pas malheureux de ce confinement : « Mis à part que le foot me manque c’est plutôt sympa de travailler de chez soi. En plus ça nous occupe toute la journée, nous découvrons plein de choses que nous n’avons pas l’habitude de voir ou de faire ».

Côté football justement, comment David s’y prend-t-il ? « Je suis en contact avec tous les gardiens, tout à l’air de bien se passer. Pour les plus jeunes j’ai les parents au téléphone, chacun a un programme pour rester en forme mais je comprends que pour les ados la situation n’est pas facile à vivre. C’est à cet âge là que l’on veut devenir un peu autonome, et rester confiné n’est pas évident ».

Si David est confiant dans cette crise c’est parce qu’il pense sérieusement que l’être humain est plein de ressources : « L’homme, ou la femme s’ est adapté à toutes les crises. Ce sera aussi le cas pour celle-ci. Bien sûr qu’il y aura des dégâts collatéraux, nous n’y pouvons rien ou si peu, mais il faut continuer à vivre. Croyez-moi en temps de guerre ce devait être beaucoup plus difficile et les gens s’en sont sortis. Alors oui c’est long mais j’ai confiance, surtout respecter les consignes et être positif ».

Merci David, tu as remonté le moral à ceux qui ne l’avaient plus.

Je suis ferrovipathe

 
 

Rien à voir avec le virus, Denis Esposito est simplement dingue des trains miniatures. Alors il se console comme il peut, le confinement ne lui fait pas peur : « J’ai un jardin et avec le football pas facile de l’entretenir correctement. Cette trêve est la bienvenue pour mes légumes elle est bénéfique, je bine, je sème, je récolte. Etant donné que j’ai du diabète je suis obligé d’être très prudent ».
 

 
 
Ferrovipathe c’est presque un gros mot à l’heure actuelle : « Non, depuis que je suis jeune j’ai la passion des trains, j’ai une pièce dédiée à ma collection ce qui me permet lorsque j’ai le temps, et aujourd’hui c’est le cas, je les fait rouler. Mais pas tous les jours quand même, j’alterne avec le jardin ».

Un des responsables des tournois avec Grégory Paulet, enrage pour le tournoi des débutants qui devait avoir lieu à Pacques :  « Nous ne pouvons pas faire autrement, tout le monde est touché. Il y en a de beaucoup plus importants comme la Champion’s Cup de Luynes pour qui c’est un coup dur. J’espère que l’on va sauver le tournoi du Président le 13 juin, mais ce n’est pas garanti ».

Avec l’âge Denis s’est assagi : « Il y a une vingtaine d’années j’aurais pété un plomb. Des semaines sans sortir, je ne sais pas si j’aurais pu. Aujourd’hui c’est différent ! J’essaie de m’informer, ma femme est dans le milieu médical, elle me calme un peu en m’expliquant certaines choses. Il va falloir être patient ».

 Beaudelaire : J’ai peur !



Beaudelaire Gnatto, l’éducateur des U18 est moyennement satisfait du confinement imposé par l’État : « Au bout d’une semaine le terrain me manque. Je reste chez moi, comme tout le monde, j’ai été un peu malade mais maintenant tout va bien. Si le confinement dure encore pas mal de temps j’ai peur que les ados passent à autre chose lorsqu’il va falloir reprendre l’entraînement. A cet âge là ils vont penser à faire la fête, aller à la mer, le football ne sera que secondaire pour eux. Ou alors ils vont revenir comme des morts de faim pour manger du ballon. On ne peut rien prévoir avec ces jeunes ».
 
Avec le lancement de son Stay at Home Challenge, Kévin Ferrarini a tapé juste mais Beaudelaire n’a pas les retours escomptés : « J’en ai que deux qui ont joué le jeu. Peut-être est-il trop tôt pour en tirer des conclusions. Est-ce que les jeunes de cet âge là sont concernés, à Aubagne ou même ailleurs ».
 
Beaudelaire est en colère contre ceux qui ne respectent pas les consignes : « Il faut tenir ! Cette situation ne plaît à personne mais le confinement est d’utilité publique, c’est la santé des uns et des autres qui est en jeu. Certains ne se rendent pas compte que la situation est grave et qu’elle ne va pas évoluer favorablement. Nous devons la jouer collectif, comme au football ».

Le football ne fait pas tout

 
Bonjour à tous , j’espère que vous allez tous bien et que le temps du confinement ne vous paraît pas interminable. Sachez que ces mesures sanitaires sont nécessaires afin de vous protéger, vous dans un premier temps, mais surtout vos proches qui peuvent être fragiles. Alors oui le monde du ballon rond est à l’arrêt total, mais c’est pour mieux rebondir.

Nos Féminines sont comme nos licenciés masculins, elles sont logées a la même enseigne. Pas de masculin ou de féminin dans mon discours, non juste du bon sens et de la responsabilité de chacun. Filles ou garçons nous sommes tous égaux au risque de contamination.
Et nous sommes tous dans le même bateau. Alors protégez-vous, restez chez vous, et profitez de ce moment imposé pour vous recentrer sur vous et vos proches. Profitez pour parler, créer et imaginer les mois a venir.

Le foot ne fait pas nos vies, il est notre loisir, il est une passion, certes prenante en termes d’investissement mais il n’est pas notre vie. Nos vies sont celles de prendre soin des autres, de ceux qu’on aime, réussir dans sa scolarité ou son épanouissement professionnel ; il faut se recentrer sur ça en cette dure période.

Le club sera toujours là après cette vague de confinement, votre place sera elle aussi encore là. Un moment difficile à gérer et à passer mais l’AFC perdura et en ressortira encore plus fort.
Alors à tous, je me répète certes, mais respectez les mesures barrières, profitez de la vie car comme les chiffres le montre le Covid 19 peut vous l’enlever en peu de temps. Et je l’espère à très vite sur les terrains et au club pour retrouver cette âme sportive, d’échange et de partage.

Bonne journée a tous et participez au défi mis en ligne sur le Facebook du club. ( inscrivez vous )

Une pensée pour tout ceux qui œuvrent à la continuité de la vie, employés, commerçants, soignants, pompiers, policiers et ceux qui participent à une continuité d'une vie décente en cette période de confinement et de risque.
 
Didier Forest, Responsable du Pôle Football Féminin .
 
 

Restez chez vous !



Ghizalne Benaïssa, une des responsables des jeunes filles du club, a frôlé la catastrophe avec le coronavirus : « Juste avant que l’État ne déclenche le confinement je l’étais déjà chez moi. Donc la situation devient un peu longue pour moi. Je suis asthmatique, et j’ai eu une petite bronchite en février, j’ai donc contacté mon médecin. Je n’ai eu aucun dépistage, il m’a simplement dit de rester chez moi, la suite vous la connaissez ».
Comment Ghizlane occupe-t-elle ses journées : « Je me repose, j’étais vraiment fatiguée, maintenant j’ai repris les exercices, des petites séances de gym, du gainage, histoire de rester en forme. J’ai vu la vidéo de Kévin (Stay at Home Challenge),  je mettrai bientôt la mienne, c’est sympa et nous permet de rester en contact ».
Battante et toujours dehors habituellement, Ghizlane fait contre mauvaise fortune bon cœur à sa façon puisqu’elle exhorte tout le monde à respecter les consignes : « C’est dommage mais il faut accepter. Je suis en contact permanent avec les filles, les parents m’appellent aussi, nous avons tous hâte de reprendre. Bientôt j’espère ! Mais en attendant restez chez vous ».

Des moments difficiles

 
 
Dadi Benaïssa, le coordinateur sportif a tenu à s'adresser aux licenciés du club, voici son message :
"Bonjour à tous, j espère que tout le monde va bien. Oui nous vivons des moments  difficiles avec ce confinement, mais n'y a t-il pas plus grave que de ne pas sortir, ne pas faire de sport, ne pas allez travailler, je pense que oui.

Des peuples vivent des tragédies plus graves, pas de logement, pas de quoi manger, pas de quoi se soigner, pas pouvoir vivre avec le minimum d humanité..alors soyons réalistes ! Ce n est pas une tragédie mais juste un moment difficile à passer, ensuite toute le monde reprendra sa vie sans se soucier de  son voisin en France ou d’un peuple étranger.

Bonne journée à tous, votre coordinateur  sportif".

Dadi Benaïssa

Coup d’arrêt brutal



Tony Basile, l’un des éducateurs des U12 critérium, a confié ses impressions sur cette trêve forcée : « On s’occupe comme on peut ! Je suis dans ma famille mais je reste en contact téléphonique avec les joueurs. C’est un coup d’arrêt brutal pour eux qui étaient en plein développement. Nous leur avons (Henri et Ismaël) concocté un programme pour qu’ils travaillent les abdos, le gainage, mais rien ne remplace le terrain. Nous réfléchissons à ce que nous pouvons mettre en place pour qu’ils ne soient pas totalement déconnectés avec le foot. Ce Stay at Home Challenge (voir l’interview de Kévin Ferrarini d’hier) tombe à pic, les petits vont pouvoir reprendre goût à la compétition ».
En attendant Tony s’occupe de sa famille, il entretien aussi sa forme en pratiquant de la gymnastique : « Quoi faire d’autre ! Si j’ai un message à faire passer c’est de respecter les consignes le plus possible. Mieux nous resterons confinés plus vite le virus sera vaincu. Ensuite il sera temps de reparler football, nous reviendrons encore plus forts ».

Stay at Home Challenge

 
 
Ce n'est pas le coronavirus qui va freiner les ardeurs de Kévin Ferrarini, cette pause lui a même permis de rebondir.
 
Avec ce Stay at Home Challenge il invite tous les petits (et les grands) à rester en contact avec le foot et aussi de gagner quelques récompenses.


Il organise sur la page facebook du club  un concours où la gagnante et le gagnant seront récompensés par le club par une licence gratuite pour la saison prochaine ainsi qu'un pack complet. Pas mal en temps de crise!


Dans une vidéo Kévin a expliqué les règles du jeu, il n'attend plus qu'une chose, une participation massive des licenciés.
 

On peut jouer deux fois par semaine

 
L’entraîneur de la D1 d’Aubagne, Christian Chessa, nous a livré ses impressions sur la crise causée par le coronavirus : « Ce serait vraiment dommage de ne pas terminer ce championnat avec tout le mal que les garçons se sont donnés depuis le début de la saison. L’an dernier nous avons raté la montée en Ligue pour une erreur sur un joueur non qualifié, cette année nous voulons y arriver. Avant le début du confinement Serge Conesa, le préparateur de la N3 nous a établi le même programme que pour les joueurs d’Eric Rech, à eux de le respecter. Je leur ai rappelé les consignes alimentaires à respecter, tout devrait bien se passer ».

Pour terminer ce championnat Christian n’y va pas par quatre chemins : « Mes joueurs sont prêts à jouer deux fois par semaine s’il le faut. Pour nous, hors de question de « geler » le championnat, je pense que déjà nous pouvons dire adieu à la Coupe de Provence où nous étions qualifiés pour les quarts de finale, nous voulons aller au bout du championnat. A part deux ou trois trentenaires mon effectif est composé de jeunes joueurs qui peuvent très bien supporter deux matches par semaine, le problème serait réglé si... »

En effet, si le confinement est levé assez tôt (fin avril), les compétitions peuvent aller à leurs termes. C’est tout le mal que nous souhaitons aux « dopés » du football qui au bout d’une semaine sans toucher le ballon rond sont déjà en manque.